SMS à ma voisine

Bonjour à tous.

Chaque vendredi, un nouveau SMS est envoyé (enfin, envoyé virtuellement depuis le blog) à une personne à qui j’aimerais dire quelque chose de particulier. Aujourd’hui, je m’adresse à ma voisine.

 
green-381334_640


À : La voisine du dessus


Salut. On ne se connaît pas et on ne s’est jamais croisées. Je m’appelle Julie et je suis l’une de tes voisines. Hier soir, j’ai été un peu dérangée parce que tu fumais du cannabis. L’odeur s’est répandue jusqu’à chez moi. C’était désagréable. Non seulement, je ne fume pas du tout (ni cannabis, ni cigarettes) mais en plus, en faisant ça, je crois que tu m’as rendue fumeuse passive. Ce n’est pas envisageable pour moi. Que tu fumes, ça te regarde mais s’il-te-plaît, la prochaine fois, prends des précautions et fais en sorte que la fumée ne se répande pas chez les voisins. Nous n’avons rien demandé (et je te rappelle au passage que tu n’as pas le droit de fumer à l’intérieur de ton studio, sous peine de déclencher le détecteur de fumée pour une fausse alerte). J’espère que ça ne se reproduira pas. Bonne soirée.


 

Je suis certaine que ce genre de situation vous est déjà arrivée. Ah… On ne choisit pas ses voisins…

À très vite pour un nouvel article. 

Publicités

SMS à ma mère

Bonjour à tous !

Comme les deux derniers vendredis, on se retrouve pour un nouvel SMS. Je crois d’ailleurs que ce type d’article/de format vous plaît bien et j’en suis ravie.

 

social-media-1847220_640

 

Vous commencez à connaître le principe : je m’imagine envoyer un SMS à une personne sans aucun filtre dans le contenu, c’est-à-dire que je rédige un SMS dans lequel je dis tout ce que j’ai envie de dire, comme ça me vient et comme j’aimerais le dire. Aujourd’hui, le SMS virtuel est envoyé à un destinataire particulièrement important pour moi, je veux parler de ma mère. Ce SMS est probablement le plus compliqué à écrire pour moi, vous allez comprendre pourquoi en lisant les lignes qui vont suivre.

 

 

green-381334_640


À : Maman


Bonjour maman. J’espère que tu vas bien. Le vendredi, c’est SMS virtuel sur le blog (oui, je tiens un blog mais bon, ce n’est pas ce que je veux que tu retiennes de ce message) et c’est toi le destinataire de ce SMS que j’imagine envoyer à quelqu’un à qui j’aimerais dire des choses que je n’ose pas dire dans la vraie vie. Il y a des tas de choses que tu ignores. De ton côté, tu penses que nous avons une relation sans problème et que tout va bien entre nous. De mon côté, ce n’est pas si simple. Les reproches que je te fais sont nombreux. Je ne sais même pas par où commencer. Peut-être par ce que je te reproche en ce moment : tu ne fais pas toujours tes papiers à temps. Alors oui, ce n’est pas mon problème, ça je suis d’accord. Mais ça devient mon problème quand j’ai besoin d’un ou de plusieurs papiers et que je ne peux pas les fournir à cause de toi. Qui est dans l’embarras à cause de cette situation ? C’est bien moi, et non pas toi. C’est arrivé trop de fois pour que je passe l’éponge comme ça. Mais que cherches-tu au juste en agissant comme ça ? À me mettre des bâtons dans les roues ? Si oui, pourquoi ? Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça ? Peut-être que c’est trop te demander que d’être à jour dans tes démarches administratives. Et rien que pour ça, je ne sais pas toujours quoi penser de toi : dois-je voir tout le bien que tu as fait ou dois-je garder en tête toutes les fois où tu n’as pas été là quand il le fallait ? Parce que je ne retiens pas que ces histoires de papiers manquants. Y’a aussi toutes les fois où tu dis que tu vas passer à  la maison dans l’après-midi, que je t’attends et qu’au final, tu ne viens pas et tu ne m’as même pas prévenue pendant l’après-midi. Tu préfères prévenir quand il est trop tard, quand j’ai enfin compris que ce n’était plus la peine d’attendre. J’en viens à me demander quelles sont tes priorités. Je ne te comprends pas toujours. Et honnêtement, c’est très souvent que je désapprouve tes choix, tes priorités, tes attitudes. Ce n’est pas parce que je suis jeune que je n’essaie pas de comprendre. C’est faux. Je le dis parce que je sais que tu dis souvent ça, que quand on est jeune, on a moins d’expérience et qu’il y a des choses qu’on ne peut pas comprendre, qu’on ne sait pas mieux qu’une personne qui est plus âgée que soi. Tu vois, moi, en te voyant, j’ai l’impression d’en savoir plus que toi alors que tu approches des 60 ans. Il y a tellement de choses que tu aurais dû apprendre et intégrer, tu as eu largement le temps depuis ta naissance et pourtant, à 22 ans, j’ai l’impression d’avoir plus de principes et de valeurs que toi. Bizarre, non ? En fait, pour résumer, vu que je n’ai plus qu’un seul parent sur qui compter, j’aurais aimé que ce parent soit présent pour moi au maximum et fasse toujours de son mieux pour ses enfantsMalheureusement, ce n’est pas le cas. C’est dommage mais c’est la vie. Ne sois donc pas étonnée de constater que je reviens peu à la maisonPourquoi j’aurais envie de revenir ? Pour voir une maison mal entretenue ? Pour encore apprendre des mauvaises nouvelles ? Pour ne te voir qu’une seule fois en peu de jours ? Non merci. En relisant ces lignes, je me dis que peut-être, je n’utilise pas la bonne approche avec toi, vu qu’au fil des années, rien ne change. Je verrai si je n’essaie pas d’agir autrement avec toi. J’y réfléchis en tous cas. Je ne suis pas la fille parfaite mais avec tout ce que j’ai à gérer seule (en plus de toi), je fais ce que je peux. Bref, je viens la semaine prochaine pour récupérer des trucs. On aura peut-être l’occasion de discuter de tout ça. Bisous. 


 

Heureusement que je n’ai dit que le principal et dans les grandes lignes, sinon ce SMS serait bien trop long. Il résume la relation compliquée qu’on peut avoir avec nos parents parfois. 

 

Et vous, est-ce qu’il y a des choses que vous aimeriez dire à vos parents mais que vous n’osez pas dire ?

On se retrouve très vite pour un nouvel article. 👋

 

SMS à l’employé de La Poste

Bonjour à tous ! J’espère que votre semaine s’est bien passée. Le vendredi sera désormais notre nouveau rendez-vous où l’on imagine envoyer un SMS sans filtre pour dire quelque chose qu’on s’est retenu de dire à quelqu’un à un moment donné. Aujourd’hui, je m’adresse à un employé de La Poste pour lui parler de notre rencontre la semaine dernière.

 

 

green-381334_640


À : l’employé de La Poste


La semaine dernière, précisément vendredi 13 octobre, dans l’après-midi, je me suis rendue dans l’un des bureaux de Poste de ma ville. À mon entrée, je me dirige vers la machine dont j’ai besoin et je surprends un homme qui était à côté et qui avait l’air d’attendre je-ne-sais-quoi. Cet homme, c’était vous. Je commence à utiliser la machine, je fais ce que j’ai à faire… Quand soudain, vous m’interrompez pour me montrer que j’utilise mal la machine et qu’il faudrait mieux que je l’utilise de la façon que vous me montrez. Je n’ai pas apprécié votre comportement à mon égard. Vous m’avez infantilisée en me montrant que vous saviez vous servir de la machine mieux que personne et que vous déteniez la méthode unique pour l’utiliser. Souvent, je me demande si ce genre de comportement a quelque chose à voir avec le fait que je parais jeune. Mais peu importe. Vous comportez de cette façon ne fera probablement pas revenir les clients car cela leur laisse une mauvaise impression. Personnellement, je me suis sentie humiliée par votre façon d’agir alors j’imagine que d’autres personnes ont pu ressentir la même chose si c’est votre façon d’aider/de montrer aux clients de La Poste comment on se sert de cette nouvelle machine qui remplace l’ancienne. En gros, même si je ne doute pas que votre intention n’était pas mauvaise au départ, le résultat n’est sûrement pas celui que vous auriez espéré. Je ne peux que vous conseiller de revoir votre façon de transmettre ce que vous savez, car on ne sait jamais qui l’on a en face de soi. Et pour moi, me sentir humiliée par quelqu’un et en public est la pire des choses. Bref, j’espère que vous saurez vous adapter aux personnes que vous avez en face de vous la prochaine fois. Et ce n’est pas parce que je suis jeune qu’on peut se permettre de ne pas prendre les choses au sérieux lorsqu’on me parle. Je tenais simplement à vous dire ce que j’ai pensé de ce moment, en étant honnête mais sans vouloir non plus vous agresser. Le but étant seulement de vous dire les choses sans filtre, comme je les pense et comme je les ressens. En espérant ne pas vous recroiser pour éviter de revivre ce genre de situation qui m’est désagréable. Bonne soirée.


 

Et vous, vous avez déjà vécu ce genre de situation ?

Qu’est-ce que vous diriez à ces personnes ?

 

À très vite !